Les cellules cancéreuses pourraient voyager à travers l’interstitium selon une étude

Auteur: Hélène Proux

Selon une étude récente, le corps humain abrite un réseau continu de compartiments remplis de liquide, qui traverse les barrières des organes et pourrait servir de conduit pour la propagation des cellules cancéreuses.

L’interstitium est peut-être impliqué dans le transport des cellules cancéreuses entre les organes

interstitium 80me organe corps humain


En 2018, une équipe de recherche a démontré l’existence d’espaces remplis de liquide qu’on a surnommés l’interstitium, en remettant en question la croyance conventionnelle selon laquelle l’espace entre les cellules est un tissu conjonctif dense. Effectivement, certains anatomistes se sont opposés aux auteurs qui envisageaient la découverte comme un nouvel organe – il n’a pas été prouvé si l’interstitium restait dans les cellules d’organes distincts ou s’il se croisait les différents organes. Les auteurs disent maintenant que cette dernière supposition est vraie et que l’interstitium pourrait servir d’un chemin de propagation alternatif pour les cancers et autres maladies, en plus des voies établies des systèmes vasculaire et lymphatique.

Pour examiner la connectivité de l’interstitium, Neil Theise, pathologiste du foie de l’École de médecine « Grossman » de l’Université de New York, et ses collègues ont injecté de l’encre de tatouage dans trois échantillons de peau humaine et cinq biopsies du côlon de patients atteints d’un cancer du côlon. Dans tous les cas, le pigment a traversé de nombreuses couches de peau ou de tissu. La même chose s’est produite avec de l’argent colloïdal injecté dans les échantillons. Les particules se sont déplacées de la peau vers le sous-cutané, qui relie le derme de la peau au muscle squelettique, et du côlon au mésentère, qui attache l’intestin à l’abdomen.

Cellules tumorales

cellules cancéreuses transport à travers organes


Dans une autre expérience, les chercheurs ont montré que l’acide hyaluronique – un fluide produit naturellement, connu pour occuper les espaces interstitiels du corps – se trouvait dans chaque espace interstitiel de leurs échantillons de tissus. Les processus de coloration typiques indiquaient que l’espace interstitiel était vide mais l’utilisation d’une protéine de liaison pour l’acide hyaluronique a raconté une histoire différente – l’acide était apparent dans chaque couche d’échantillons de peau, de côlon et de foie. « Avec la coloration à l’acide hyaluronique, nous avons pu montrer que les espaces n’étaient pas vides », explique Theise.

L’équipe a également constaté que divers types de tumeurs s’étaient déplacés le long de l’interstitium vers différentes couches de tissu dans les échantillons de personnes atteintes de cancer. Cela peut aider à expliquer pourquoi les cellules cancéreuses qui se développent à un endroit finissent quelque part loin malgré l’absence de chemin précis. Cependant, des travaux supplémentaires sont nécessaires pour vérifier si cela est vrai, dit Theise.

Références :

Nature (2021) : « Evidence for continuity of interstitial spaces across tissue and organ boundaries in humans », Odise Cenaj et coll.

Nature (2018) : « Structure and Distribution of an Unrecognized Interstitium in Human Tissues », Petros C. Benias et coll.

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué