Perte de l’odorat et Covid-19 : combien de temps dure l’anosmie ?

Auteur: Claire Xavier

La perte de l’odorat appelée aussi une anosmie est le symptôme le plus distinctif du Covid-19. De plus, certains médecins croient que son apparition se traduit par une forme légère du coronavirus. Cependant, cela ne reste qu’une hypothèse à l’heure actuelle. Bien que l’anosmie soit très courante dans les maladies respiratoires comme grippe et rhume, elle se révèle particulièrement « spéciale » chez les personnes atteintes du coronavirus. Et selon les dernières informations, elle peut persister jusqu’à 5 mois.

D’après un médecin canadien, la perte de l’odorat peut durer jusqu’à 5 mois

perte de l'odorat anosmie jusqu'à 5 mois infection coronavirus


Dans le cadre d’une grippe ou d’un rhume, l’anosmie est tout simplement provoquée par le nez bouché. Mais dans le cas d’une infection au coronavirus, les patients se plaignent de perte de l’odorat sans avoir forcément le nez bouché. Bien que les raisons en soient encore discutées, certains scientifiques suggèrent que le SARS-CoV-2 peut infecter les neurones olfactifs, ce qui provoque une inflammation forte et par conséquent – une anosmie.

Mais au cours de la dernière année, plusieurs personnes ont signalé une persistance de la perte de l’odorat même après leur guérison complète. Dans ce cas, une rééducation olfactive pour retrouver l’odorat après le Covid-19 sera nécessaire. Mais combien de temps faut-il vivre avec des sens diminués ? Selon un médecin canadien – jusqu’à 5 mois.

perte de l'odorat anosmie infection coronavirus persistance 5 mois avis médecin canadien


D’après Johannes Frasnelli, un médecin de l’Université de Québec, la perte de l’odorat peut perdurer jusqu’à 5 mois. Pour parvenir à cette conclusion, l’expert a effectué une étude portant sur 813 personnes du personnel soignant au Canada. Les participants ont évalué, eux-mêmes, leur anosmie ainsi que leur perte de goût via des tests réalisés à la maison. Ensuite, ils devaient répondre à un questionnaire en ligne.

Parmi les 813 volontaires, l’anosmie a touché 580. Sur ces derniers, 51 % en souffraient 5 mois plus tard et 17 % ont signalé une perte de l’odorat persistante. Sur ce même effectif, la perte du goût connue également comme agueusie, a atteint 527 individus dont 38 % en étaient touchés après 5 mois.

À titre d’information, Johannes Frasnelli a rendu public le résumé de son étude en avance, mais les résultats complets seront présentés en avril au sein de la 73ᵉ réunion annuelle de l’Académie américaine de neurologie.

Source :

EurekAlert

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué