Santé féminine : selon de nouvelles études, 1 femme sur 10 fait une fausse couche

Auteur: Hélène Proux

Selon de nouvelles estimations, environ 23 millions de grossesses dans le monde se terminent par une fausse couche chaque année – soit 15% de toutes les grossesses ou 44 par minute. Au même temps, les soins et le soutien existants pour les femmes et les couples sont « incohérents et mal organisés » et ne représentent guère plus que ce qu’on dit aux patients de « réessayer ». Un nouveau système est nécessaire pour s’assurer que les fausses couches sont mieux reconnues par les professionnels de la santé et que les femmes reçoivent le support de santé physique et mentale dont elles ont besoin, déclarent les chercheurs.

« De nombreuses femmes s’inquiètent des soins peu sympathiques qu’elles reçoivent à la suite d’une fausse couche »

fausse couche facteurs de risque


Le nombre réel de cas est probablement considérablement plus élevé car de nombreuses fausses couches sont gérées à domicile et ne sont pas signalées ou ne sont pas détectées. Cependant, la recherche a constaté que les fausses couches récurrentes sont beaucoup moins fréquentes – 2% des femmes ayant subi deux fausses couches et moins de 1% des femmes en ayant trois ou plus, selon une revue. Bien que les définitions de la fausse couche varient, elle est généralement déterminée comme la perte d’une grossesse avant la viabilité.

Idées fausses sur la perte de grossesse

La fausse couche est souvent mal comprise par les femmes, les hommes et les professionnels de la santé. Par exemple, les femmes pourraient croire qu’elle est rare (tandis qu’elle affecte une femme sur 10), qu’il n’y a pas de traitements efficaces et qu’elle pourrait être causée par le soulèvement d’objets lourds ou l’utilisation antérieure de contraceptifs, ont déclaré les auteurs des recherches. Ces idées erronées empêchent souvent les femmes de demander de l’aide. Et quand elles le font, il y a rarement un endroit qui peut répondre à tous leurs besoins, selon les scientifiques. Les patientes sont souvent traitées par plusieurs praticiens qui donnent souvent des conseils contradictoires. Cela peut aggraver la détresse des femmes pendant qu’elles essaient de surmonter la perte.

soins de santé phychique après fausse couche


«Les fausses couches concernent un grand nombre de couples dans tous les pays. Toutefois, il y a un silence autour de la part des femmes et de leurs partenaires, ainsi que des prestataires de soins de santé », affirment les chercheurs. Ils proposent un nouveau système de soins et de traitement des fausses couches que les gouvernements et les prestataires de soins de santé devraient rendre accessible à tous. Parmi leurs propositions sont l’évaluation des besoins des femmes en matière de santé physique et mentale et des conseils pour soutenir les futures grossesses. Si une deuxième fausse couche se produit, les femmes devraient se voir offrir un rendez-vous dans une clinique dédiée aux fausses couches pour des examens médicaux complets et une discussion sur leurs facteurs de risque. Les femmes qui ont fait deux fausses couches et qui tombent enceintes devraient recevoir un soutien supplémentaire et des examens précoces pour se rassurer.

Après trois fausses couches, des tests et des traitements supplémentaires devraient être proposés, y compris des tests génétiques des tissus de grossesse, ainsi qu’une échographie pelvienne et, si nécessaire, des tests génétiques parentaux.

Facteurs de risque de fausse couche

soutien de santé physique et mentale fausse couche

La nouvelle recherche a mis en évidence plusieurs facteurs qui ont été liés à un risque plus élevé de fausse couche. Ceux-ci comprennent l’augmentation de l’âge pour les hommes et les femmes et le fait d’avoir un indice de masse corporelle très faible ou élevé. L’origine ethnique peut également jouer un rôle – les parents noirs étaient plus susceptibles de subir une fausse couche par rapport aux couples blancs. Le tabagisme, la consommation d’alcool, le stress persistant, le travail de nuit et l’exposition à la pollution de l’air et aux pesticides ont de même y été associés.

Bien que les preuves soient encore limitées, certains traitements, notamment la progestérone, une hormone essentielle à une grossesse saine, pourraient aider les femmes qui subissent des fausses couches, selon la recherche.

Références : 

Journal de médecine The lancet (2021) : « Miscarriage matters: the epidemiological, physical, psychological, and economic costs of early pregnancy loss », Siobhan Quenby et coll.

Journal de médecine The lancet (2021) : « Sporadic miscarriage: evidence to provide effective care », Arri Coomarasamy et coll.

Journal de médecine The lancet (2021) : « Recurrent miscarriage: evidence to accelerate action », Rima K Dhillon-Smith et coll.

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué