Les souches du coronavirus forment des super cellules pour se multiplier

Auteur: Claire Xavier

Le SARS-CoV-2 semble particulièrement « créatif » pour échapper aux attaques du système immunitaire. C’est ce que suggère une pré-publication d’une équipe scientifique qui a décrit la capacité du Covid-19 à faire fusionner les cellules afin de se multiplier à l’abri des anticorps. Ainsi, les souches du coronavirus créent des « super cellules ».

Les souches du coronavirus se répliquent de cellule à cellule

souches du coronavirus forment des super cellules pour se répliquer résistance aux anticorps neutralisants étude


Lors d’une infection, les virus se fixent à une cellule hôte pour la pénétrer et y fabriquer à la chaîne leur matériel génétique, ainsi que leurs protéines structurales. Une fois joints, les virions quittent la cellule dans le but d’infecter une autre. Ce phénomène est en effet valable pour un grand nombre de virus y compris le SARS-CoV-2, le virus à l’origine de la maladie à Covid-19. Lorsque les virions quittent la cellule, ils sont déjà à la merci du système immunitaire, plus précisément des anticorps neutralisants. Ces derniers capturent les virions avant qu’ils n’infectent une autre cellule.

Compte tenu que les virus et les Hommes évoluent simultanément, il n’est pas donc du tout surprenant que les micro-organismes ont élaboré des stratégies d’évasion. Par exemple, les virus ont développé la capacité de muter et ils ne sont plus reconnus par les anticorps. Voici comment les souches du coronavirus, avec une résistance amplifiée aux anticorps neutralisants, ont apparu. Mais, des chercheurs ont récemment mis en évidence encore une stratégie intéressante.

souches du coronavirus multiplication ingénieuse formation de super cellules syncitia non sensibles aux anticorps neutralisants étude


Il en ressort que certains virus possèdent la capacité de contaminer de nouvelles cellules sans se trouver hors de celles-ci, et devenir donc vulnérables aux anticorps. Le nouveau coronavirus fait notamment partie de ces virus qui préfèrent la technique de la fusion cellulaire. Qu’est-ce que ça veut dire ? Alors, les cellules infectées par le Covid-19 peuvent fusionner avec leurs voisines pour créer une super cellule. Ce schéma a été confirmé dans une pré-publication de 1 juin 2021 parue dans le bioRxiv. Il s’agit plus précisément  d’expériences in vitro.

Les super cellules susmentionnées s’appellent en effet des syncitia (syncitium au singulier), elles sont plus grandes qu’à la normale et sont composées de plusieurs noyaux. Pour étudier leur formation causée par le SARS-CoV-2, les chercheurs ont utilisé une lignée de cellules pulmonaires saines. Ces dernières étaient ensuite artificiellement contaminées par le virus. Dans les 36 heures suivant l’infection, les scientifiques ont constaté que 20% des noyaux cellulaires ont formé un syncitium. Ils ont également constaté que les premiers syncitia ont apparu 6 heures après la contamination.

D’après les chercheurs, ce mode de multiplication n’est pas sensible aux anticorps neutralisants se formant après la vaccination. Après avoir effectué des essais avec un anticorps monoclonal et des plasmas, les experts ont conclu que les souches du coronavirus Alpha (B.1.1.7) et Bêta (B.1.351) sont en effet bien sensibles aux anticorps. Cependant, le variant Bêta a présenté une moindre efficacité. Les chercheurs ajoutent encore que les anticorps neutralisants ne freinent pas la transmission des variants via les syncitia.

Référence :

bioRxiv (juin 2021) : « SARS-CoV-2 cell-to-cell spread occurs rapidly and is insensitive to antibody neutralization », Laurelle Jackson et coll.

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué