Les facteurs de risque de démence à connaître de toute urgence

Par Claire Xavier
Liens commerciaux

Bien connaître les facteurs de risque de démence pourrait réduire les probabilités de la développer. Pour adopter un mode de vie sain et éviter le développement de cette maladie cognitive, on vous dévoile aujourd’hui les pratiques y contribuant, ainsi que quelques bons gestes à respecter.

Facteurs de risque de démence que chaque personne âgée doit connaître

femme âgée qui souffre de démence
pourquoi les guêpes viennent sur le balcon
Bien-être

Comment éloigner les guêpes du balcon ? Nos solutions simples et naturelles !

Elles commencent à vraiment vous envahir ? Profitez de nos astuces simples et pratiques pour éloigner les guêpes du balcon !

La démence est une affection qui se caractérise par un déclin de la mémoire, des capacités de communication et des facultés de raisonnement. Elle touche plus de 55 millions de personnes dans le monde et le risque augmente considérablement avec l’âge. Si certaines causes de démence, comme la maladie d’Alzheimer, ne peuvent être évitées, les recherches montrent qu’il existe plusieurs facteurs de risque qui peuvent augmenter la probabilité de développer ce trouble cognitif. Les connaître et prendre des mesures pour les réduire au minimum est l’un des meilleurs moyens pour les personnes âgées de protéger leur santé cognitive.

Manque d’exercice

De nombreuses études ont montré qu’une activité physique régulière était bénéfique pour le cerveau et réduisait le risque de démence. Les exercices contribuent à améliorer le flux sanguin vers le cerveau, stimulent la croissance des neurones et réduisent l’inflammation. Ils diminuent encore les autres facteurs de risque tels que l’hypertension artérielle, le diabète et l’hypercholestérolémie, qui peuvent indépendamment endommager le cerveau au fil du temps.

Des exercices d’aérobie comme la marche rapide, la natation ou le vélo pendant au moins 150 minutes par semaine peuvent réduire considérablement les risque de la maladie par rapport à un mode de vie sédentaire. La musculation et les exercices d’équilibre sont également bénéfiques pour le cerveau, car ils préviennent les chutes et les blessures. Les personnes âgées ayant des problèmes de mobilité peuvent toujours pratiquer des exercices sur chaise ou bien une thérapie physique adaptée à leurs capacités. Il semble que le fait de maintenir le corps actif permette aussi de maintenir l’esprit actif.

Perte auditive

Voici un autre facteur de risque de démence important, mais souvent négligé. Des études dévoilent que les personnes âgées souffrant d’une perte auditive non traitée ont un risque nettement plus élevé de développer le trouble mental et de connaître un déclin cognitif plus rapide que celles qui n’ont pas de problèmes d’audition. Elle se développe généralement de manière progressive, de sorte que de nombreuses personnes ne se rendent pas compte que leur audition a baissé. Même une déficience auditive légère peut réduire la stimulation auditive de l’environnement, ce qui entraîne des changements structurels et fonctionnels dans le cerveau au fil du temps.

Les liens entre la perte auditive et la démence semblent être les plus forts pour les aspects cognitifs de l’audition, comme la compréhension de la parole. Lorsque les oreilles ne captent pas bien la parole, le cerveau doit travailler beaucoup plus pour combler les lacunes. Cet effort supplémentaire détourne les ressources cognitives des autres tâches, ce qui finit par dépasser les capacités du cerveau et accélérer la dégénérescence cellulaire.

Le traitement précoce de la perte de l’ouïe à l’aide d’aides auditives peut contribuer à prévenir cet effet progressif de « privation auditive » sur la cognition. Toutes les personnes âgées devraient faire tester leur audition régulièrement et utiliser des dispositifs d’amplification si nécessaire pour garder leur cerveau en éveil.

Troubles du sommeil

Un sommeil de mauvaise qualité ou des troubles tels que l’apnée peuvent également augmenter le risque de démence. Pendant le sommeil, le cerveau élimine les toxines et consolide les souvenirs. Le sommeil insuffisant chronique prive le cerveau de ces fonctions essentielles. Des recherches montrent que les personnes souffrant de troubles du sommeil présentent des niveaux plus élevés de bêta-amyloïde, une protéine liée à la maladie d’Alzheimer, accumulée dans leur cerveau. Les mécanismes exacts qui relient les divers troubles du sommeil à la démence sont encore à l’étude, mais il est clair que le manque d’un sommeil réparateur adéquat empêche le cerveau de se recharger et contribue au déclin cognitif. Les personnes âgées qui ont des problèmes de ce genre devraient consulter leur médecin, car des traitements peuvent améliorer considérablement la qualité de leur sommeil.

facteurs de risque de démence
Liens commerciaux

Isolement social

Des liens sociaux forts et une vie sociale active semblent bénéfiques pour la santé cérébrale et réduisent le risque de maladies cognitives. Les personnes socialement engagées présentent des niveaux plus faibles d’hormones de stress et d’inflammation, qui peuvent endommager le cerveau au fil du temps. Une interaction sociale significative et une stimulation intellectuelle peuvent également renforcer les réseaux neuronaux dans les zones du cerveau liées à la mémoire et à la cognition. Bien que les mécanismes de causalité ne soient pas encore clairs, les études indiquent que les personnes âgées qui sont socialement isolées ou solitaires présentent un risque plus élevé de troubles cognitifs et de démence.

La création active de liens sociaux par le biais de groupes communautaires, de bénévolat, de passe-temps communs ou simplement de rencontres avec des amis et des membres de la famille peut aider les personnes âgées à réduire ce risque.

Alimentation malsaine

Un régime alimentaire riche en fruits, légumes, céréales complètes et acides gras oméga-3 favorise la santé du cerveau. Les antioxydants contenus dans les fruits et les légumes contribuent à réduire l’inflammation et le stress oxydatif des cellules cérébrales, tandis que les oméga-3 construisent et réparent les membranes des neurones. En revanche, une alimentation riche en aliments transformés, en graisses saturées, en sel et en sucre peut endommager les vaisseaux sanguins et priver le cerveau de nutriments protecteurs.

De nombreuses études établissent un lien entre ces régimes malsains et un risque accru de démence. Le régime méditerranéen en particulier, qui met l’accent sur les aliments d’origine végétale et les fruits de mer, a été associé à une meilleure fonction cognitive et à des taux de démence plus faibles chez les seniors. Ces derniers devraient s’efforcer de limiter les aliments transformés et de consommer davantage d’aliments qui boostent le cerveau.

Le tabagisme

Un lien a établi entre le tabagisme et le risque élevé de démence, y compris la maladie d’Alzheimer et la démence vasculaire. Les toxines contenues dans la fumée de cigarettes provoquent une inflammation et endommagent les vaisseaux sanguins du cerveau. Fumer augmente également le stress oxydatif, qui peut tuer les cellules cérébrales, et resserre les vaisseaux sanguins, réduisant ainsi le flux sanguin vers le cerveau. Ces effets s’accumulent pendant de nombreuses années. Arrêter de fumer, même à un âge plus avancé, peut encore être bénéfique pour diminuer le risque de démence. Tous les seniors qui fument actuellement devraient être encouragées à quitter dès que possible.

La dépression

Les personnes âgées atteintes de dépression sont plus susceptibles de développer un tel trouble cognitif. La dépression et la démence coexistent souvent, et les chercheurs pensent qu’elles pourraient partager des facteurs de risque et des voies biologiques similaires. Dans certains cas, une dépression survenant plus tard dans la vie peut être un symptôme précoce de démence. La dépression chronique peut également endommager directement les parties du cerveau impliquées dans la mémoire et la pensée. Les effets des hormones de stress et de l’inflammation peuvent aggraver cette atrophie cérébrale avec le temps.

Le traitement de la dépression, par des médicaments ou une thérapie, peut contribuer à atténuer ces changements et à protéger la santé cognitive. Il est particulièrement important pour les seniors de détecter et de traiter rapidement les symptômes dépressifs.

Les causes de la démence sont complexes et certains facteurs de risque échappent au contrôle individuel, mais les personnes âgées peuvent réduire considérablement leurs risques en se concentrant sur un mode de vie sain comme celui décrit plus haut. Protéger son audition, rester actif physiquement et socialement, manger sainement et se reposer suffisamment sont des moyens pratiques de maintenir son cerveau en bonne santé en vieillissant.

Consulter régulièrement des professionnels de santé peut aider les seniors à minimiser les risques grâce à un dépistage et à un traitement appropriés. Faire de la santé cérébrale une priorité aujourd’hui sera très bénéfique pour les fonctions cognitives à l’avenir.

Née à Bordeaux et âgée de 30 ans, Claire est diplômée en Lettres Françaises et fait partie de l’équipe de Deavita depuis 7 ans. Fortement passionnée de voyages, de décoration intérieure et des tendances manucure, elle aime aussi jardiner pour contrer le quotidien stressant. Les orchidées et les plantes vertes lui font le plus de bien. Et oui, jolie manucure et jardin font une bonne combinaison si vous suivez ses recommandations.