Vin rouge, resvératrol et endométriose : qu’est-ce qu’ils ont en commun ?

Auteur: Claire Xavier

Touchant de plus en plus de femmes à travers le monde entier, l’endométriose est une maladie gynécologique diagnostiquée très souvent tard. Elle se caractérise par le développement du tissu tapissant généralement l’utérus à l’extérieur de celui-ci : dans les ovaires, les trompes de Fallope et la cavité pelvienne. Bien qu’il n’existe pas un traitement et que les causes de la survenue de cette condition restent inconnues, les scientifiques continuent leurs travaux dans le but d’améliorer la vie des femmes qui en sont atteintes. Dans ce contexte, une étude récente dévoile qu’un composant du vin rouge peut avoir un impact positif sur l’endométriose. Explications.

Le vin rouge, le resvératrol et l’évolution de l’endométriose : qu’est-ce qu’ils ont en commun ?

vin rouge lien avec endométriose nouvelle étude scientifique resvératrol polyphénol


Les signes de l’endométriose sont très désagréables et gênants et incluent règles douloureuses, abondantes ou irrégulières et infertilité entre autres. Et comme mentionné plus haut, le diagnostic est difficile et trop tardif. En effet, très souvent, ce sont notamment les femmes cherchant un traitement pour leur infertilité qui en sont diagnostiquées. Mais une nouvelle étude parue le 15 mars 2021 dans la revue Scientific Reports donne de l’espoir que ces complications peuvent être évitées. Comment au juste ?

Selon les auteurs de l’étude, il existe un lien direct entre la consommation de vin rouge et l’évolution de l’endométriose. Concrètement, l’accent est mis sur le resvératrol. Celui-ci présente un polyphénol qu’on retrouve généralement dans les raisins, mais aussi dans les cacahuètes et les mûres. Donc, il est également présent dans le jus de raisin ainsi que dans le vin qui en est issu. Le resvératrol offre plusieurs bienfaits pour la santé et il est particulièrement apprécié pour ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires.

vin rouge ralentir progression endométriose maladie gynécologique nouvelle étude resvératrol polyphénol


Pour les besoins de leur étude, les chercheurs ont prélevé des cellules de l’endomètre provenant de 40 femmes dont 15 étaient saines. Ensuite, les scientifiques ont effectué un traitement avec resvératrol. Les résultats ont montré que ce polyphénol est capable « d’étouffer » le gène et la protéine qui contribuent au développement et à la propagation des cellules de l’endomètre.

Il importe d’ailleurs de clarifier que cette étude portait sur des femmes en troisième et en quatrième phases de la maladie et que des recherches supplémentaires seront nécessaires pour confirmer ces résultats. Cependant, prenez en compte que le vin rouge ne présente pas un traitement de l’endométriose et doit être consommé avec modération !

Étude publiée dans la revue Scientific Reports

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué