La transmission intra-utérine de coronavirus confirmée par des médecins

Auteur: Claire Xavier

Plusieurs mois plus tard, la pandémie de coronavirus continue à sévir les pays du monde entier. De nouvelles études et révélations apparaissent chaque jour en termes de symptômes, traitements, vaccins, groupes à risque, etc. En ce qui concerne ces derniers, on y classe généralement les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques. Mais quant aux risques pour les femmes enceintes et les fœtus, on ne disposait pas d’information fiable. Jusqu’à maintenant. Une équipe de médecins français a confirmé un cas de transmission intra-utérine de COVID-19 via le placenta.

Un premier cas de transmission intra-utérine de coronavirus confirmé par des médecins français

transmission intra-utérine de coronavirus étude équipe de médecins français


Alors, c’est déjà officiel : l’infection par coronavirus de la mère à l’enfant est déjà prouvée et l’étude a été publiée dans la revue Nature Communications. Et bien qu’il s’agisse d’un premier cas mondial, une autre publication datant de 26 mars et parue dans Le Journal of the American Medicine Association parle déjà d’une possible transmission intra-utérine de trois bébés en Chine.

Âgée de 23 ans, la maman du bébé était admise dans l’hôpital universitaire Antoine-Béclère de Clamart quelques jours avant la naissance. Elle présentait des symptômes propres au nouveau coronavirus tels que fièvre et toux sévère et a testé positive au SARS-CoV-2. 24 heures après sa naissance en mars, le bébé infecté souffrait d’une rigidité des membres et des lésions au système nerveux cérébral – des symptômes neurologiques associés à la COVID-19. Heureusement, ils ont disparus d’eux-mêmes.

coronavirus contamination mère-enfant lien prouvé étude scientifique médecins français


L’un des auteurs de la recherche, Dr. Daniele De Luca, a confirmé donc dans une interview que la transmission intra-utérine du coronavirus via le placenta est tout à fait possible. Cependant, il parle d’une bonne nouvelle et d’une mauvaise. La bonne nouvelle, c’est que ce soient des cas extrêmement rares. La mauvaise – ils peuvent se produire.

Et bien que cette contamination reste rare et exceptionnelle, il importe de rappeler aux femmes enceintes qu’elles peuvent également développer des complications dues au SARS-CoV-2 et qu’il est donc primordial de respecter toutes les règles d’hygiène de base ainsi que les mesures préventives.

Source : Nature Communications

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué