Maladie d’Alzheimer : selon une étude, les plaques amyloïdes protégeraient le cerveau

Auteur: Claire Xavier

Environ 50 millions de personnes dans le monde sont actuellement touchées par une démence dont 70 % des cas sont dus à la maladie d’Alzheimer. Celle-ci représente une perte progressive et incurable à ce jour des fonctions mentales et elle est devenue un véritable défi pour la santé publique. Les causes du développement de cette condition neurologique restent encore mal connues. Même avant l’apparition des premiers symptômes, des lésions cérébrales, causées par des plaques, affectent les neurones, ce qui entraîne la mort de ceux-ci. Mais une étude récente a dévoilé que certaines de ces plaques protégeraient en effet le cerveau.

Maladie d’Alzheimer : les plaques amyloïdes protègent-elles le cerveau au lieu de le détruire ?

maladie d'Alzheimer plaques amyloïdes formées par cerveau défense immnitaire nouvelle étude


Dans le cadre de cette maladie neurodégénérative, deux types de lésions affectent et détruisent les neurones : les plaques amyloïdes et la dégénérescence neurofibrillaire. Les plaques amyloïdes correspondent à une accumulation anormale de la protéine β-amyloïde et étaient jusqu’ici considérées comme la première cause de la neurodégénérescence chez l’Alzheimer. Mais l’étude susmentionnée a fait une découverte sensationnelle qui a rejeté cette hypothèse. Les résultats ont paru le 15 avril 2021 dans la revue Nature Immunology.

maladie d'Alzheimer formation plaques amyloïdes cellules immunitaires cerveau protection nouvelle étude


Selon les scientifiques du Salk Institute for Biological Studies à San Diego, aux États-Unis, ces plaques amyloïdes sont en effet formées par les cellules immunitaires cérébrales. Celles-ci s’appellent microgliales et leur mission est de consommer les débris comme les plaques amyloïdes qui se forment dans le cerveau des malades. Les chercheurs pensent qu’elles sont créées en tant qu’un mécanisme de défense et qu’il vaut mieux les laisser tranquilles. Ils ajoutent d’ailleurs que les traitements destinés à leur destruction peuvent causer plus de dommages.

Les résultats de cette étude présentent un point de départ assez important pour le développement de nouveaux traitements et ils expliquent aussi l’échec des soins thérapeutiques actuels.

Références :

Fondation Recherche Alzheimer : « Causes et facteurs de risques de la maladie d’Alzheimer ».

Nature Immunology (2021) : « Microglia use TAM receptors to detect and engulf amyloid β plaques », Youtong Huang et coll.

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué