Les tampons et les serviettes hygiéniques pourraient détecter les infections vaginales

Auteur: Claire Xavier

La Candida albicans est un champignon pathogène qui engendre des infections fongiques au niveau des muqueuses digestives et gynécologiques. Pour les femmes des régions pauvres qui n’ont pas d’accès à des soins médicaux, ces infections représentent un véritable fardeau social et économique. Mais une invention récente peut changer la donne. Des chercheurs en Inde ont développé des fibres de coton qui deviennent rose vif lorsqu’une infection à levures est présente. Intégrées dans des tampons ou des serviettes hygiéniques, elles permettraient aux femmes d’autodiagnostiquer rapidement les infections vaginales. Les travaux des scientifiques ont paru en mai 2021 dans la revue ACS Omega.

Les infections vaginales seraient bientôt détectées grâce à des fibres intégrées dans les tampons et les serviettes hygiéniques

infections vaginales dépister via des tampons et sevriettes hygiénique étude succès Candida albicans


D’après les chiffres de la Mayo Clinic, environ 75% des femmes ont une infection à levures ou d’une candidose vulvo-vaginale au moins une fois dans leur vie. Et si les femmes des pays développés profitent d’un accès libre au diagnostic (prélèvement vaginal chez un gynéco) et au traitement avec des médicaments antifongiques, celles des pays pauvres ne peuvent pas se permettre des soins sanitaires de base. Pour améliorer la vie de ces femmes, Naresh Kumar Mani et ses collègues voulaient développer une méthode peu coûteuse qui pourrait être incorporée dans les produits menstruels et permettrait aux femmes de diagnostiquer les infections vaginales à Candida de façon facile, rapide et discrète.

infections vaginales à Candida albicans dépister via des tampons et sevriettes hygiénique étude succès


Dans le cadre de leur étude, les chercheurs se sont procuré des fibres de coton multifilament courantes qu’ils ont achetées dans un magasin d’artisanat local. Pour améliorer leur absorption, l’équipe les a traitées avec une solution d’heptane qui a éliminé les cires et le liant ajoutés lors de la fabrication. Ensuite, les fibres ont été recouvertes d’une molécule appelée L-proline-β-naphtylamide (PRO) – le substrat d’une enzyme sécrétée par Candida albicans – et incrustées dans les couches internes des serviettes hygiéniques et des tampons.

Enfin, les chercheurs ont versé du liquide vaginal artificiellement créé et contenant du Candida albicans sur des tampons et de serviettes. De la couleur rose vive a apparu. Le temps de dépistage n’était que 10 minutes contre 24-72 heures pour les tests conventionnels.

Cette méthode de détection d’infections vaginales n’est pas à ce stade testée sur des femmes. En outre, les chercheurs ont affirmé que les fibres pourront être facilement adaptées au dépistage d’autres agents pathogènes.

Référence :

ACS Omega (mai 2021) : « Knitting Thread Devices: Detecting Candida albicans Using Napkins and Tampons », Naresh Kumar Mani et coll.

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué