Des séquences génétiques liées aux formes graves de Covid-19

Auteur: Claire Xavier

Une étude française publiée le mois dernier a mis en évidence le rapport entre les perturbateurs endocriniens et les formes graves du coronavirus. Une autre recherche parue vendredi dans la revue médicale Nature a exploré, elle aussi, les formes graves de Covid-19 en faisant des découvertes assez intéressantes liées à la génétique. D’après les auteurs de l’étude, ces nouvelles informations pourront aider à mieux cibler les traitements. Focus !

De nouvelles découvertes génétiques sur les formes graves de Covid-19

formes graves de Covid-19 nouvelle étude piste génétique médicaments


Des chercheurs de l’Université d’Édinbourg se sont intéressés pourquoi certaines personnes sont plus susceptibles de développer des formes graves de Covid-19 que d’autres. Pour tenter de répondre à cette question, les scientifiques ont analysé le génome de plus de 2000 Britanniques sévèrement touchés par le virus. Ensuite, ce dernier était comparé avec celui d’autres personnes.

Les auteurs de l’étude ont constaté la présence de 8 séquences génétiques propres aux personnes atteintes de formes graves de Covid-19. Ils ont découvert aussi que ces séquences sont associées à la réponse inflammatoire produite par l’organisme afin de lutter contre les agents pathogènes tels que le nouveau coronavirus.

formes graves de Covid-19 nouvelles découvertes génome médicaments


Après avoir réalisé des analyses supplémentaires, les experts ont isolé deux gènes particuliers, le TYK2 et le CCR2, qui jouent un rôle dans les protéines liées à la réponse inflammatoire de l’organisme. Selon les experts, les personnes qui produisent une plus grande quantité de l’enzyme TYK2 présentent un risque plus élevé de développer une forme grave du coronavirus. En théorie, agir sur ces deux protéines pourrait aider à réduire la gravité de l’infection.

Les scientifiques soulignent qu’il existe un groupe de médicaments capable de limiter l’action du TYK2. Il s’agit des inhibiteurs des Janus kinases (JAK) qui sont prescrits en cas de maladies chroniques, de cancer et d’arthrite. Kenneth Baillie, l’auteur principal de l’étude, précise encore que des essais sont actuellement en cours dans le but de tester un traitement par anticorps de synthèse ayant pour objectif de bloquer la protéine CCR2 liée à la réponse immunitaire. Selon les experts, il est urgent de tester les médicaments susmentionnés sur des patients atteints de formes graves de Covid-19.

Étude publiée dans la revue médicale Nature

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué