L’excès de fructose pendant la grossesse a un impact sur le métabolisme du bébé

Auteur: Hélène Proux

L’excès de fructose dans l’organisme pendant la grossesse peut entraîner des changements importants dans la fonction métabolique maternelle et la composition du lait. Il peut aussi modifier le métabolisme de la progéniture en conséquence, ont découvert des chercheurs de l’Université d’Otago à Wellington.

Des études révèlent que l’excès de fructose change le métabolisme de la mère et du nouveau-né

excès fructose femmes enceintes changements métaboliques mère bébé


La recherche, dirigée par le docteur Clint Gray, chercheur au Département de pédiatrie et de santé infantile, a révélé que l’augmentation du fructose dans l’alimentation des cobayes femelles causait des changements très significatifs et cohérents des acides gras libres circulant dans le sang de leurs générations. C’était malgré le fait que les nouveau-nés ne consommaient pas de fructose eux-mêmes. La recherche est publiée dans la revue internationale « Frontiers in Endocrinology ».

Selon l’étudiante Erin Smith, « des recherches antérieures ont montré qu’une alimentation de mauvaise qualité pendant la grossesse peut prédisposer la progéniture à des conséquences à long terme, y compris le développement de l’obésité, du diabète et des maladies cardiovasculaires plus tard dans la vie. Cependant, il y a eu un manque de données examinant l’impact de l’augmentation de l’apport en fructose avant et pendant la grossesse et les effets indésirables ultérieurs sur la lactation, le développement fœtal et la fonction métabolique de la progéniture. « 

excès fructose grossesse conséquences métabolisme nouveau-né


Deux groupes expérimentaux ont été examinés avant et pendant la grossesse. Un des groupes a été mis à un régime riche en fructose et a reçu de l’eau de fructose supplémentaire pour reproduire une consommation accrue de boisson sucrée 60 jours avant l’accouplement et jusqu’à l’accouchement. Le fructose représentait 16,5 pour cent de l’alimentation, ressemblant étroitement à la consommation humaine moyenne de fructose/sucre dans les pays occidentaux qui est estimée à environ 14 pour cent de l’apport calorique quotidien moyen.

« Nous avons découvert que le fructose avait un impact significatif sur le statut métabolique des femmes enceintes et la teneur en acides gras libres de leur lait. Le métabolisme lipidique a été altéré et cela concernerait le reste de la vie. « 

Madame Smith dit qu’il est bien connu qu’une augmentation des niveaux d’acides gras libres circulants augmente le risque d’obésité, de résistance à l’insuline, de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires, suite à la synthèse accrue des acides gras qui se produit après la consommation de fructose. Elle dit que les preuves suggèrent que les régimes maternels sous-optimaux, tels que les régimes riches en fructose et en sucres raffinés, pourraient contribuer à l’augmentation des maladies métaboliques chez l’homme.

« Notre étude souligne l’importance de limiter l’ajout de fructose raffiné, comme les boissons sucrées et de s’efforcer d’obtenir une alimentation plus équilibrée sur le plan nutritionnel chez les femmes avant et pendant la grossesse et l’allaitement. »

*Source : medicalxpress.com

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué