Le blocage du cuivre dans le sang peut être une arme contre le cancer

Auteur: Hélène Proux

Des chercheurs australiens ont découvert que l’élimination du cuivre dans le sang peut détruire certains des cancers les plus meurtriers résistants à l’immunothérapie en utilisant des modèles de la maladie.

Le blocage de l’absorption du cuivre dans le sang aide le système immunitaire à battre le cancer

blocage absorption cuivre sang cellules tumorales traitement cancer


Alors que l’immunothérapie, un traitement qui agit à travers le système immunitaire d’un patient pour tuer les cancers, s’est avérée être un réel espoir et même un remède pour certains patients cancéreux, il existe des cancers ayant la capacité à se camoufler et à résister.

Le docteur Orazio Vittorio et son équipe du « Children’s Cancer Institute of Sydney » viennent de publier les résultats d’une recherche dans « Cancer Research ». Il est connu que les cellules cancéreuses telles que le cancer du cerveau « se nourrissent » de cuivre, ayant souvent jusqu’à six fois les niveaux normaux de métal à leur intérieur. Le docteur Vittorio et ses collègues, dont la professeur Maria Kavallaris, ont étudié des échantillons de tumeurs provenant de plus de 90 patients atteints de neuroblastome et de 90 patients atteints de gliomes. Ces deux cancers ont des taux de mortalité élevés et à ce jour n’ont pas bien répondu à l’immunothérapie anticancéreuse. Le neuroblastome représente en effet 15% du total des décès par cancer infantile et seulement 50% des patients atteints de neuroblastome à haut risque survivent à leur maladie. Le glioblastome a le pire taux de survie de tous les cancers avec seulement 5% des patients survivant 5 ans après leur diagnostic.

blocage cuivre sang renforcement système immunitaire battre cancer


En examinant les biopsies humaines, les chercheurs ont trouvé une corrélation entre les niveaux élevés de cuivre et une expression accrue de PD-L1 (la possibilité des cancers de se cacher du système immunitaire). Les chercheurs ont ensuite montré pour la première fois que les niveaux de cuivre pouvaient contrôler l’expression de PD-L1 dans les cellules cancéreuses. Ils ont utilisé un analogue d’un médicament, appelé TETA qui est actuellement utile dans le traitement de la maladie de Wilson, une maladie génétique rare caractérisée par un excès de cuivre stocké dans divers tissus corporels. Ils ont testé ce médicament dans des modèles animaux de neuroblastome et de glioblastome pour réduire la quantité de cuivre dans les cellules tumorales, conduisant à une réduction de l’expression de PD-L1.

« Lorsque les souris ont reçu une immunothérapie, il y avait une réduction significative de la taille de leurs tumeurs », a déclaré le docteur Vittorio. »Étant donné que TETA est déjà utilisé dans un certain nombre de conditions cliniques et qu’il est peu coûteux et facile à fabriquer, cela peut offrir une alternative de traitement viable pour les cancers qui sont résistants aux immunothérapies actuelles. »

*Source : medicalxpress.com

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué