La COVID-19 pendant la grossesse est liée à l’accouchement prématuré, selon une étude

Auteur: Hélène Proux

Les femmes enceintes qui contractent le virus COVID-19 sont confrontées à des risques significativement plus élevés de complications, notamment d’accouchement prématuré, selon une nouvelle étude.

Association entre COVID-19 et l’accouchement prématuré

accouchement prématuré causes covid-19


Le risque de naissance « très prématurée » – ou moins de 32 semaines – est de 60 % plus élevé pour les femmes infectées par le coronavirus pendant la grossesse. Le risque de naissance prématurée – ou moins de 37 semaines – est de 40 % plus élevé. « Le risque est très réel », a déclaré Laura Jelliffe-Pawlowski, auteure principale de l’étude et chercheuse à la « California Preterm Birth Initiative » de l’Université de Californie à San Francisco. « Cela signifie que vous et votre bébé pouvez commencer votre relation dans le monde en restant à l’hôpital beaucoup plus longtemps que prévu », a-t-elle ajouté.

Dans la plus grande analyse de ce type à ce jour, les chercheurs ont examiné l’association entre COVID-19 et l’accouchement prématuré pour plus de 240 000 naissances documentées en Californie entre juillet 2020 et janvier 2021. Pour environ 9 000 d’entre elles, soit 3,7 %, il y avait un test COVID-19 positif pendant la grossesse. Le taux de naissance prématurée était de 11,8% chez celles qui ont contracté le coronavirus, contre 8,7% chez celles qui n’ont pas été infectées.

Les femmes ayant contaminées au coronavirus étaient également plus susceptibles d’avoir une naissance prématurée si elles présentaient d’autres pathologies telles que l’hypertension, le diabète et l’obésité. Dans ces cas, le risque d’accouchement  » très prématuré  » augmentait de 160 %, et le risque d’accouchement prématuré de 100 %.

risque accouchement prématuré covid-19 pendant grossesse


Dans l’ensemble, les diagnostics de coronavirus figurant sur les certificats de naissance ont augmenté pour tous les groupes au cours de cette période. Les taux de COVID-19 étaient les plus élevés chez les Amérindiens, les Hawaïens autochtones, les insulaires du Pacifique et les Latinas. « Nous devons être agiles et capables de parler des multiples façons dont nous pouvons protéger les femmes », a déclaré Madame Jelliffe-Pawlowski. « Nous devons parler des politiques d’emploi qui permettent aux femmes de rester plus longtemps à la maison, d’éviter tout contact avec les autres, de travailler dans des endroits sûrs », a-t-elle ajouté.

La nouvelle intervient alors que des données récentes des Centers for desease control and prevention sur la sécurité des vaccins à ARNm COVID-19 chez les femmes enceintes ont été publiées. L’agence fédérale affirme que les médicaments sont sans danger pour ce groupe de personnes. Plus précisément, la nouvelle analyse des CDC a révélé que le fait de recevoir un vaccin ARNm COVID-19 en début de grossesse n’augmentait pas le risque de fausse couche. L’analyse s’est basée sur les données de près de 2 500 femmes enceintes qui ont obtenu leurs doses avant 20 semaines de grossesse.

« Les CDC encouragent toutes les personnes enceintes ou qui envisagent de le devenir, ainsi que celles qui allaitent, à se faire vacciner pour se protéger du COVID-19 », a déclaré le directeur des CDC, Rochelle Walensky, dans un communiqué. « Les vaccins sont sûrs et efficaces, et il n’a jamais été aussi urgent d’augmenter le nombre de vaccinations alors que nous sommes confrontés à la variante Delta hautement transmissible et que nous constatons de graves conséquences du COVID-19 chez les personnes enceintes non vaccinées. »

Références :

The Lancet Regional Health – Americas (2021) : « The association of COVID-19 infection in pregnancy with preterm birth: A retrospective cohort study in California”

San Francisco Chronicle (2021) : « Devastating impact of COVID on pregnancy highlighted by large UCSF study »

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué