Troubles menstruels et vaccins Covid-19 à ARN messager : l’ANSM n’a découvert aucun lien direct

Auteur: Claire Xavier

Depuis le début des campagnes vaccinales Covid-19 à travers le monde, plusieurs femmes ont signalé un rapport entre les vaccins et la menstruation perturbée. Un tel effet secondaire ne figure pas pourtant sur la liste des réactions indésirables qui pourraient survenir après la vaccination. Existe-t-il néanmoins un lien direct entre ces deux phénomènes ? L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) donne plus de clarté à propos des troubles menstruels annoncés après l’administration d’un vaccin.

Les vaccins Covid-19 sont-ils associés à des troubles menstruels ?

troubles menstruels aucun rapport avec les vaccins covid-19 surveillance ANSM


L’ANSM a mis en place une enquête de pharmacovigilance afin de renforcer la surveillance des vaccins autorisés contre le Covid-19 en France en temps réel via les déclarations des professionnels de santé, des personnes vaccinées ou leur entourage. L’Agence sanitaire prête une attention assez particulière aux anomalies menstruelles rapportées après l’administration d’un sérum à ARNm et précise qu’il n’existe pas de lien direct entre les deux phénomènes.

Plus concrètement, il s’agit de la réalisation d’une nouvelle expertise des cas déclarés par les CRPV rapporteurs (Bordeaux, Marseille, Strasbourg et Toulouse). L’ANSM précise que, depuis le début de la campagne vaccinale, un total de 3 870 cas d’anomalies menstruelles ont été annoncés après le vaccin Comirnaty (Pfizer/BioNTech) contre 562 cas après Spikevax (Moderna).

« Les effets se manifestent principalement de deux manières : par des saignements anormaux (les métrorragies, ménorragies) et par des retards de règles et aménorrhées. Ces effets sont survenus aussi bien après la première injection, qu’après la deuxième injection. », explique l’Agence sanitaire en ajoutant que ce sont des « événements non graves, de courte durée et spontanément résolutifs ».

troubles menstruels vaccins covid-19 aucun lien direct surveillance ANSM France


Les anomalies susmentionnées demeurent sous surveillance, mais l’ANSM conclut qu’à ce jour, les informations disponibles « ne permettent pas de déterminer le lien direct entre le vaccin et la survenue de ces troubles du cycle menstruel ».

Les anomalies du cycle peuvent affecter la fréquence des saignements comme leur intensité. Par conséquent, les règles peuvent être « irrégulières, (dysménorrhée), trop abondantes ou trop prolongées (ménorragie) ou absentes (aménorrhée) », précise l’ANSM. Un saignement entre deux cycles (métrorragie) peut également survenir. En cas de troubles menstruels qui persistent sur plusieurs cycles, l’Agence invite les femmes à consulter leur gynécologue.

*Source : ANSM

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué