Sclérose en plaques et vaccin Covid : aucune protection pour ces malades

Auteur: Claire Xavier

Des experts s’inquiètent que certains traitements de la sclérose en plaques (SEP) semblent neutraliser la protection des vaccins contre le nouveau coronavirus. Qui plus est, on remarque aussi une augmentation du risque de développer une forme sévère du Covid-19. Ce que l’on sait.

L’un des traitements de la sclérose en plaques rend les vaccins Covid-19 inefficaces

sclérose en plaques traitement anti-CD20 effet sur le vaccin covid-19 aucune efficacité risque forme grave coronavirus


Touchant particulièrement les jeunes adultes, la sclérose en plaques (SEP) présente une maladie neurologique chronique et invalidante dont la prévalence chez les femmes est trois plus importante que chez les hommes, précise la Fondation pour l’aide à la recherche sur la sclérose en plaques (ARSEP). Les causes de cette maladie auto-immune demeurent à ce stade non connues, mais les scientifiques soupçonnent une interaction de facteurs propres à l’individu et d’origine environnementale. D’après les chiffres de la Fondation, la France compte plus de 110 000 personnes atteintes de la SEP et enregistre environ 5 000 nouveaux cas chaque année. En Europe, les malades sont plus d’un million et on compte 2,8 millions dans le monde. Il semble que ces personnes-là ne peuvent pas profiter pleinement du vaccin contre le Covid-19 en vue de leur traitement.

Environ 20% des patients souffrant de sclérose en plaques reçoivent un traitement baptisé anti-CD20, « soit dès le début de leur maladie, soit parce que les autres n’ont pas fonctionné », a expliqué à l’AFP le neurologue Jean Pelletier de l’ARSEP, relayé par la LCI. Il ajoute aussi que ce type de médicaments, en particulier le rituximab et l’ocrelizumab, « sont à la fois plus exposés aux formes graves de Covid et risquent de moins bien répondre à la vaccination ».

sclérose en plaques traitement anti-CD20 annuler la protection du vaccin contre covid-19 personnes à risque de forme sévère du coronavirus


L’expert précise que les anti-CD20 sont administrés « sous forme de perfusions tous les six mois » et qu’ils sont « extrêmement efficaces dans le traitement de fond de la sclérose en plaques ». Cela s’avère pourtant un double casse-tête du point de vue du Covid-19. Selon Pelletier, d’un côté, ces patients risquent de développer une forme sévère du virus, ce qui était confirmé par plusieurs études, affirme-t-il. Mais c’est loin d’être tout. De l’autre côté, des inquiétudes, voire des craintes, à propos de la vaccination contre le SARS-CoV-2 ont récemment émergées. Il semble que les personnes traitées par les anti-CD20 ne produisent pas d’anticorps après la vaccination contre le coronavirus. Selon le spécialiste, cela serait dû au fait que ces médicaments influencent les lymphocytes B chargés de la production d’anticorps.

À ce stade, il ne s’agit que d’observations basées généralement sur « des cas particuliers ». Donc, des études seront nécessaires pour en savoir plus.

Références :

Fondation pour l’aide à la recherche sur la sclérose en plaques : « La SEP ».

LCI (mai 2021) : « Sclérose en plaques : ces malades pour qui le vaccin anti-covid ne fonctionne pas ».

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué