La greffe d’utérus : un exploit médical qui donne d’espoir aux Françaises

Auteur: Claire Xavier

Née sans utérus à cause d’une condition congénitale, Déborah, âgée de 34 ans, est la première femme en France à subir une transplantation de ce type. Effectuée auparavant dans d’autres pays, la greffe d’utérus profite d’un succès et a même déjà permis la naissance d’une quinzaine de bébés dans le monde entier.

La transplantation d’utérus : un véritable exploit chirurgical qui donne de l’espoir

transplantation d'utérus France information générale

Un grand nombre de femmes à travers le monde entier sont incapables de tomber enceintes en raison du manque d’utérus. Qu’il s’agisse d’une condition congénitale ou bien d’une pathologie utérine grave, des milliers de femmes françaises se trouvent actuellement dans une telle situation difficile. Pour elles, la greffe d’utérus s’avère le seul espoir de donner la vie. À titre d’information, la première intervention chirurgicale de ce genre a été réalisée en 2014 en Suède à partir d’une donneuse vivante de 61 ans. Un an plus tard, la patiente greffée a accouché avec succès.

Un véritable exploit chirurgical, la transplantation d’utérus est actuellement une intervention hors du commun qui, comme toutes les greffes d’organes, cache un grand risque de rejet. Pour éviter celui-ci ainsi que les effets secondaires, la plupart des interventions sont effectuées avec un utérus provenant de la mère de la receveuse, ce qui augmente les chances de compatibilité.

femmes stériles intervention chirurgicale greffe utérus

Cependant, un cas datant de 2016, au Brésil, prouve que la greffe d’utérus effectuée à partir d’une donneuse décédée, peut également être réussie. Dans ce cas, un traitement immunosuppresseur avait été nécessaire afin de réduire les risques de rejet. Sept mois plus tard, la femme greffée a reçu un transfert d’embryons congelés et a accouché d’un bébé neuf mois plus tard.

Comme l’utérus n’a pas une fonction vitale, sa transplantation n’a pas pour objectif d’être permanente. En effet, le plus souvent, l’organe greffé est enlevé après la première grossesse, parfois suivant immédiatement l’accouchement.

La première greffe d’utérus en France a été effectuée sur une femme de 34 ans

greffe d’utérus France intervention complexe espoir femmes stériles

Grâce au don de sa mère (âgée de 57 ans), Déborah a pu bénéficier d’une greffe d’utérus le 31 mars 2019, confirme l’hôpital Foch de Suresnes, l’un des deux établissements habilités à effectuer ces interventions en France. Âgée de 34 ans, la jeune Française est née sans cet organe essentiel en raison du syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser. Une condition assez rare qui atteint une femme sur 4500 et qui les prive de la possibilité de donner vie. La seule option reste donc l’adoption.

Dans l’un de ses interviews, Déborah se confie sur son expérience qui a complètement changé sa vie. Elle explique que le prélèvement a duré environ 10 heures tandis que la greffe, elle-même, n’a pas pris que 5 heures. Actuellement, la jeune Française attend son transfert embryonnaire qui devrait avoir lieu à partir du 1er avril.




Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué