Faible taux de testostérone – un facteur de risque de COVID-19 sévère ?

Auteur: Hélène Proux

Une nouvelle étude suggère qu’un faible taux de testostérone chez les hommes entraîne un risque plus élevé de progression de la maladie provoquée par le virus Sars-CoV-2. Pendant la pandémie, les médecins ont constaté que les hommes atteints de la COVID-19 se portaient en moyenne moins bien que les femmes atteintes de l’infection. Une théorie explique que les différences hormonales entre les hommes et les femmes rendent les premiers plus sensibles aux maladies graves.

Comment le faible taux de testostérone affecte-t-il l’infection au coronavirus ?

faible taux testostérone covid-19 sévère


Étant donné que les hommes ont beaucoup plus de testostérone que les femmes, certains scientifiques ont précédemment émis l’hypothèse qu’un taux élevé de testostérone pourrait aggraver les infections à coronavirus. Cependant, les résultats de la nouvelle étude montrent exactement le contraire. Un faible taux de testostérone dans le sang est associé à des maladies plus graves.

lien faible niveau testostérone infection covid


Cependant, l’étude n’a pas réussi à prouver que la testostérone basse est la cause de la COVID-19 sévère. Ces biomarqueurs pourraient simplement servir de signes d’autres facteurs de causalité. Les chercheurs recommandent néanmoins la prudence dans les essais cliniques en cours portant sur les thérapies hormonales. Ce faisant, les scientifiques bloquent la testostérone ou utilisent des œstrogènes comme traitement pour les hommes atteints de Sars-CoV-2. En plus de la testostérone, les chercheurs ont mesuré les niveaux d’œstradiol et d’IGF-1. Le premier est une forme d’œstrogène produite par l’organisme, tandis que l’IGF-1 est une hormone importante de croissance similaire à l’insuline. Elle joue un rôle essentiel dans le maintien de la masse musculaire.

conséquences graves coronavirus faible taux testostérone

Plus le taux de testostérone est faible, plus la maladie est grave. Par exemple, les personnes chez lesquelles son niveau dans le sang est le plus bas, courent le plus grand risque d’avoir besoin d’un ventilateur, de nécessiter des soins intensifs ou de mourir. Trente-sept patients, dont 25 hommes, sont décédés au cours de l’étude. Les chercheurs ont noté que d’autres facteurs connus pour augmenter le risque de COVID-19 grave, notamment l’âge avancé, l’obésité et le diabète, sont associés à des taux de testostérone plus faibles. Chez les hommes, c’est également corrélé à des niveaux plus élevés d’inflammation et à une augmentation de l’activation des gènes permettant à l’organisme de remplir les fonctions des hormones sexuelles en circulation dans les cellules. En d’autres termes, l’organisme s’adapte à une moindre circulation de testostérone dans le sang. Cela hausse sa capacité à détecter et à utiliser l’hormone. Les auteurs de cette étude ne connaissent pas encore les effets de cette adaptation et appellent à de nouvelles recherches.

Référence : 

Jama Network (2021) : « Association of Circulating Sex Hormones With Inflammation and Disease Severity in Patients With COVID-19 », Sandeep Dhindsa et coll.

Liens commerciaux



Intégrer une photo

Copiez ce code pour intégrer cette photo sur votre site: Grande image: Petite image: BB Forum tag:
Effectué